BeMyBoat Blog (fr)

BeMyBoat a décidé de faire le point sur les bons reflexes à avoir en cas de sinistre à bord d’un bateau lors d’une location.

Bien que rares, les sinistres arrivent toujours assez souvent. Et si votre croisière ou le reste de vos vacances est fichu, alors autant bien faire les choses pour que vous ayez le moins de soucis et que les prises en charge se fassent rapidement.

Informations & Documents

Lorsque vous partez en croisière, nous vous conseillons de prendre :

  • une assurance annulation

Cette assurance vous permettra de ne pas avoir à payer si un événement grave et imprévisible (décès, licenciement…) arrive à un de vos proches (ou à vous-même). Lisez bien les conditions d’annulation.

  • un rachat de franchise

Cette “assurance” vous permet de n’être débité que du montant de la caution si les dommages s’élèvent au delà.

Par conséquent, peu importe chez qui vous avez signé ces polices d’assurance, emportez chaque contrat avec vous, et les coordonnées de votre assureur.

Une autre précaution à prendre chez votre assureur avant de partir est de s’assurer qu’un de ses collaborateurs parle la langue du pays dans lequel vous vous rendez. Ca peut être utile en cas de litige.

N’oubliez pas bien évidemment les informations de contact de votre assureur et si possible celles du service 24h/24 ou 7j/7.

RECAP:

  • Contrats
  • N° de contrat / N° d’adhérent
  • N°de téléphone de l’assureur

Il est également important de bien lire les conditions générales de vente de l’agence par laquelle vous avez fait la location et de celles du loueur ainsi que tout le contrat d’assurance.

Déclaration de sinistre

Toute déclaration de sinistre doit être faite à votre assureur par écrit.

Nous recommandons le papier avec accusé de réception.

A l’étranger, ce n’est pas toujours facile.

L’email peut convenir.

Elle doit être faite au plus tard : 

  • sous 2 jours en cas de vol
  • sous 5 jours pour les autres sinistres

Constat amiable

Ce document constitue votre déclaration d’accident. Il doit être précis et complet.

S’il y a des blessés, indiquez leurs coordonnées (si possible) et la nature des blessures au verso.

Transaction amiable

Sachez qu’une transaction amiable est bien souvent un piège dans lequel vous allez vous retrouver. En croyant éviter des problèmes, vous allez vous priver de tout recours ultérieur. Une transaction amiable suppose l’accord préalable de votre assureur.

Heurt

Si le choc n’a pas atteint l’intégrité de la coque et que la brèche est colmatable, alors essayez de la réparer avec les moyens du bord.

N’oubliez pas cependant d’observer la coque sous l’eau afin d’être sûr qu’aucune brèche n’a créé de voie d’eau.

Ne tardez pas à sortir le bateau de l’eau afin de réaliser les réparations adéquates.

Dans le cas de bateau en métal peint, un heurt peut ne provoquer qu’une simple rayure mais qui peut rouiller. Protégez la zone exposée à l’humidité par un film plastique autocollant, lui-même scotché par un ruban adhésif armé.

Si le choc à atteint l’intégrité de la coque et que le navire sombre, il ne s’agit plus d’un heurt mais d’un naufrage.

Envahissement Partiel

Aveuglez la voie d’eau, pompez. S’il s’agit de pompe électrique attention à ne pas s’électrocuter avec l’eau présente dans le bateau.

Débranchez les batteries et autres alimentations sauf pour les pompes si elles sont électriques et bien entendu des moyens radios.

Débarquez et nettoyer à l’eau douce tout ce qui peut encore l’être.

Ne jetez rien. Gardez tout. Prenez des photos des objets sinistrés si vous ne pouvez pas emporter avec vous ces effets.

Vol par effraction

Refermer le navire comme vous le pouvez (si vous le pouvez).

Un second vol (par conséquent sans effraction), ne pourrait être remboursé par votre assureur.

Prenez une photo des marques d’effraction. Prenez les coordonnées d’éventuels témoins.

Essayez de constituer la liste la plus exhaustive des matériels / effets dérobés. Accompagnez-la du dépôt de plainte et des factures d’origine des éléments volés.

Incendie

Crédit : http://www.flickr.com/photos/52090730@N03/4798373325/

Il faut intervenir très vite. Saisissez le moyen d’extinction obligatoire de bord et maîtrisez le feu.

Appelez les pompiers ou équivalents locaux à quai ou suivez les instructions suivantes en mer :

  • Coupez les alimentations électrique, gaz et carburant.
  • Essayez tant que possible de ne pas polluer le plan d’eau car si une pollution est due à une négligence de votre part, ce tort pourrait ne pas être assumé par votre assureur. Ceci est encore plus vrai si cet incendie se déroule dans une zone protégée.
  • Une fois que le feu est bien éteint, ventilez sous surveillance.
  • Eloignez le navire des autres bateaux éventuels. Essayez de le faire sortir de l’eau.
  • Débarquez les produits dangereux.

Moteur hors bord tombé à l’eau

Confiez ce moteur (si vous le retrouvez) à un professionnel.

Si un professionnel n’est pas disponible rapidement, mieux vaut conserver le moteur dans l’eau douce afin de limiter son exposition à l’air libre et déclencher un phénomène de rouille.

Naufrage

Prévenez les autorités.

Balisez et gardez l’épave.

Suivez ensuite les instructions d’un envahissement partiel.

Matériel de sécurité.

Bien entendu, vous devez disposer de tout le matériel nécessaire et réglementaire (suivant les zones de navigation) pour veiller à la bonne sécurité du bateau et vous comporter de manière générale en “bon père de famille”.

Faites attention à bien respecter les distances des côtes :

  • < 2 milles
  • Entre 2 et 6 milles
  • > 6 milles

et emportez la matériel approprié et obligatoire.

Récap

N’effectuez pas de réparation partielle ou total sans l’accord de votre assureur ou d’un expert mandaté. Prenez les mesures nécessaires pour sauvegarder vos biens et limiter l’importance des dommages.

Et maintenant, un peu de fun …

Les commentaires de ce blog sont propulsés par Disqus